La synthétisation arbitraire

 

 

Introduction


Il y a de nombreux outils thérapeutiques de « médecine douce » existants :


Les approches psychologiques (humanistes, comportementales, cognitives, etc.) :


Les approches analytiques (Bioénergétique, des Rêves, Psycho-organique, Transactionnelle, Psy, Sophia, etc.).


Les approches thérapies (Aromathérapie, Art-thérapie, Gestalt-thérapie, Musicothérapie, Danse-Thérapie, Chromothérapie, Myothérapie, Décodage Biologique, Constellations, Enéagramme, Somatothérapie, Sexothérapie, Végéto-thérapie, Familiale analytique, familiale systémique, Primale, Sympathicothérapie, Rebirth, etc.).


Les approches psychothérapeutiques (Analytique, Centrée sur la personne, Intégrative, Psychocorporelle, Transpersonnelle, Transgénérationnelle, etc.).


Les approches psychologiques (des Profondeurs, de la Motivation, Psychodrame, Psycho-généalogie, Morphopsychologie, etc.).


Les approches chamaniques, méditatives, spirituelles, paranormales, relaxations.


Les approches oculaires (EMDR, EFT, etc.).


Les approches hypnotiques (Ericksonien, classique, humaniste, PNL, intégratif, flash, Rêve éveillé, etc.).


Les approches Psychiatriques, neuro-psychiatriques.


Les approches énergétiques (Reiki, acupuncture, magnétisme, etc.) :
Acupuncture, Auriculothérapie, Bioénergétique, Magnétisme, Dien Chan, Do-Yin, Feng Shui, Koryo, Médecine chinoise, Qi Gong, Reiki, Shiatsu, Sujok, Tai-chi, Réflexologie, etc.

 


Les approches physiques (massages, yoga, etc.) :


Chiropractie, Drainage Lymphatique, Ergothérapie, Fascia Thérapie, Irrigation du colon, Ostéopathie, kinésiologie, kinésithérapie, Micro-Kinésithérapie, Massages (sensitifs, ayurvédiques, chinois, thaïlandais,etc.), Méthode (Feldenkrais, Mézières, Pilâtes, etc.)

 


Les approches de complémentation alimentaire :


Fleurs de Bach, Homéopathie, Micro-Nutrition, Nutrithérapie, phytothérapie, etc.


Passerelle


Chacune de ces approches thérapeutiques doit-être apprise, digérée, comprise et mise en œuvre… Bien que ces outils et approches soient nombreux, ils ne répondent pas nécessairement à la demande du moment… Leurs maîtrises sont illusions, car les subtilités de « création » de ces outils ne nous sont pas accessible, seul le poète connait le véritable sens de ses vers.


Nombre de ces approches et outils sont des synthétisations arbitraires.


Alors je vais créer mes propres outils complémentaires, et la subtilité sera acquise, je sentirai l’approche comme faisant partie de moi, totalement comprise.



La Synthétisation Arbitraire


Le thérapeute accompagne ses clients, mais qui accompagne le thérapeute ?


C’est le rôle des outils psychothérapeutiques multi-référentiels comme les simplifications arbitraires, une synthétisation d’outils de méta-analyse en miroirs.


Ma pratique est-elle à la hauteur des attentes de mes clients ? Est-ce que je mets tout en œuvre pour réellement amener mon client vers un mieux être, mieux vivre ? Ou est-ce que je me repose sur mes acquis, mes certitudes et celles des autres ? Est-ce que je me remets réellement en question, en cherchant des solutions lorsqu’il n’y a pas de résultat et que la thérapie est interrompue ? Ou bien, est-ce toujours la faute de l’autre qui n’est pas prêt ? Et si c’était moi qui n’avais pas su faire ? Que faire ? Quels sont mes points faibles ? Que puis-je améliorer ? Quels sont mes outils ?


Puis-je avoir un discours, un concept, une démarche thérapeutique sans passer par les filtres et conditionnements des interprétations d’autrui ? Suis-je libre d’avoir raison contre toute attente ?


Quels sont mes outils ? A quel moment je les utilise ? Sont-ils performants ?


La synthétisation ou simplification arbitraire est la mise en place de processus créatifs ou plus exactement associatifs, dans le but de créer un outil ou un modèle utilisable par tous, thérapeutes ou pas.


Sur le site du Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales (cnrtl.fr) j’ai trouvé la confirmation du coté parfois positif de l’arbitraire.


♦ Simplification arbitraire :


5. En réduisant les objets à leurs qualités primaires, c'est-à-dire à ce qui se mesure, et est susceptible de traitement mathématique, Galilée les priva de leurs qualités secondaires et de leur durée. Cette simplification arbitraire a rendu possible l'essor de la physique. Mais en même temps elle nous a conduits à une conception trop schématique du monde, et en particulier du monde biologique. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 192.
(Source : http://www.cnrtl.fr/definition/arbitraire)


Arbitraire, car je n’ai pas nécessairement envie de décrire le cheminement des pensées amenant la simplification, et préfère donc que vous doutiez de celle-ci.


Arbitraire aussi car le but de ces simplifications est la distribution gratuite d’outils thérapeutiques et non la naissance ou la transmission de quoi que ce soit de nouveau, tout était là avant moi : les mots, le stylo et vous.


Arbitraire enfin, car les choix sont soumis à mon esprit subjectif.


L’aventure des synthétisations arbitraires à commencé avec l’observation de l’œuvre littéraire du penseur indien Jiddu Krishnamurti qui aimait bien observer le monde par l’axe des conflits… J’ai vus alors qu’il me faudrait avant comprendre, nommer et calibrer mes émotions avec le moment présent et devrait donc faire la synthétisation arbitraire des émotions avant celle de Jiddu.


La synthétisation arbitraire commence souvent  par une question.


Je ne sais pas si la synthétisation arbitraire répond à la question, par sa nature arbitraire, subjective, kinesthésique, elle est comme tous les autres schémas l’expression d’une recherche et non un résultat.


Dans le processus d’investigation psychologique, il faut parfois créer (assembler) ses propres outils pour réveiller la dynamique intuitive. Les outils pouvant être jetables, réutilisables, simples, compliqués, plein de bon sens ou vide de sens, mais tout cela importe peu, c’est la mécanique qui compte dans cette affaire, la mécanique psychique, physicochimique, qui dans ces processus de « création » semble ouvrir un peu plus les fenêtres.


On pourrait écrire un livre sur le sujet, ou juste sur la « synthétisation arbitraire de Jiddu », qui deviendrait, à force d’arguments et de pages remplies, un modèle, une théorie. Et l’on se retrouverait peut-être au panthéon des gens qui se la pète. Et tout cela n’a aucun intérêt, sinon la gloriole absurde des appropriations injustes.


Pour finir cette introduction, je vous propose de tester les synthétisations arbitraires que j’ai moi-même non-pas créé mais assemblé. Vous pouvez (et je le souhaite) vous inspirer de ces synthétisations, vous les approprier, les transformer, les renommer, et enfin en inventer de nouvelles.


Amusez-vous à faire vos propres synthétisations arbitraires, évidemment il faut qu’elles aient du sens et une utilité.

 

F.I.