Troubles et phobies

 

 

Les troubles anxio-dépressifs, les troubles du comportement alimentaire,

le stress, les troubles du sommeil, les états dépressifs

Essayons de voir l’ensemble du dossier en utilisant l’axe des phobies, la prochaine fois se sera l’axe des conflits (peut-être):

 

Les phobies spécifiques ou « simples »

Concernent la peur d’une chose, d’une situation, d’un état interne, d’une maladie, etc.

Dans la pratique très peu de gens viennent au cabinet psy pour « traiter » une phobie « simple », comme une phobie de l’eau, de l’immersion, une phobie des araignées ou encore de la mort. Car la phobie « simple » est souvent soit légère, soit a de faible pourcentage de manifestation et passe en arrière plan.

 

Les phobies à large spectre ou complexes

Comme l’agoraphobie et la phobie sociale, sont malheureusement plus fréquentes et plus invalidantes que les phobies « simples ».

Peur des autres, de la foule, des regards, des idées, des lieux, des espaces, des objets, de la folie, du passage à l’action, de l’image de soi.

Les racines des phobies à large spectre sont tentaculaires et puisent leurs origines à la source des frustrations et traumatismes appropriés.

Il y a urgence à reconstruire un paradigme acceptable, viable, pour que cette re-construction mette à jour le système émotionnel au complet.

 

Les phobies rampantes

Anxiétés, stress, tensions, digestions, pessimismes, inquiétudes, défaitismes, matérialismes, insomnies, dangers, insécurités, malaises.

Les phobies rampantes ont souvent pour fonction un forçage d’aiguillage, il est temps de corriger le cap sur des sujets connus mais depuis longtemps ignorés ou faussement réglés.

C’est la sentence du choix.

 

Les phobies mortelles

Que nous espérons à caractère exceptionnels avec un apport expérientiel en conscience, sont en fait légion…

Beaucoup de gens vivent ces expériences désagréables de crise profonde, d’angoisse, de panique, avec un sentiment d’incapacité résolutoire personnelle, l’impuissance face à cet ouragan émotionnel. Sidération, gel des avoirs, rien ne va plus, le monde s’écroule.

L’esprit semble incapable de voir le vrai et le faux, l’urgence est totale, le temps n’a plus de sens, il pète les plombs.

Les phobies mortelles ont cette capacité de créer la peur d’elles-mêmes, pour et par elles-mêmes, elles sont le trou noir dévoreur de sens.

 

Les phobies spirituelles

Mérite, image de soi, droit au bonheur, gout de la vie, trop bon, honte, pardon, perte, séparation, fatigue, blasitude, toc.

Des chaines à briser, des principes à bruler, un égo à informer, une vie à s’autoriser. De la solitude vers la multitude, de l’ignorance vers la re-connaissance, du conflit vers la paix.

 

------------------------------------

 

La peur, les chocottes, la trouille, éveille illico un mini séisme qui ébranle corps et liquéfie le ventre, les cuisses et l’espoir.

Pourtant la peur n’est qu’un message et le mental fainéant, plutôt que d’actualiser le message avec la réalité présente va chercher dans la collection un épisode semblable, par laxisme cérébral.

Et le corps re-agit comme avant au lieu d’être comme maintenant.

Doit-on lire tous les messages qui flottent et nous traversent l’esprit ? Ou en laisser certains car inutile à l’instant ? Pourrions-nous aussi n’en lire aucun pour écouter le fameux silence suspendu un instant ?

Les peurs, les phobies ont une large palette d’expressions et un état de stress post-traumatique peut se référer à différent types de phobies suivant la personnalité touchée.

Enfin, une catégorie particulière qui pourrait être aussi rangée dans les autres in fines, suivant la personnalité de l’analysant, ce sont les phobies de la sphère digestive…

 

Phobies digestives et autres troubles du comportement alimentaire

 

Ne permettant plus d’avaler (dysphagie), de manger (anorexie), de manquer (boulimie), d’être vide (hyperphagie), de perdre (encoprésie), de digérer (ulcères), de parler (bruxisme), d’accepter (reflux), etc.

Les phobies de la sphère digestive expriment par le corps la présence d’un frein puissant, d’une privation par dictature.

Ici, la remise en question ne peut être qu’entière pour qu’il y ait succès et continuité thérapeutique.

Au grand dam de certains intéressés, il n’est pas question de normalité de poids, la résolution se trouve dans d’autres sphères bien plus existentielles que physiques.

 

------------------------------------

 

Les phobies transportent des messages, certains sont réellement personnels, ils raisonnent et cette vibration créée par le message non lu se répercute dans le corps aux moments de calmes apparents, en mangeant, en dormant, en conduisant, en respirant, le message cogne à la porte, il ne peut qu’être lu, a tout prix.